Marie-Amélie Lenaerts, 31 ans

Marie-Amélie a la voile dans le sang, depuis longtemps. Etudiante, ses jobs d’été, c’est bien sûr monitrice de voile. Puis, du dériveur elle passe au croiseur, elle régate. Et, l’an dernier, elle formalise cette passion en passant des brevets fédéraux afin de devenir skipper monitrice pour le compte d’une association qui enseigne la voile à des jeunes… Son énergie, ses compétences nautiques, son audace constructive la poussent à aller plus loin. Marie veut être l’artisane de SON aventure. Pour apprendre, repousser ses limites, se découvrir. Elle n’en est encore qu’aux premiers bords, mais elle savoure déjà avec bonheur…

833

833 skippé par Marie-Amélie Lenaerts
Bateau de série
Nom de baptême : Lomig
Plan : Nacira 6,50
Année de lancement : 2012
Pavillon : FRA

Victoires sur la Mini en Mai et le Mini Fastnet en 2015 avec Damien Cloarec, et deux belles places de de 2e cette même année, sur la Lorient Bretagne Sud Mini et la Pornichet Select. Repris par Valentin Dantec en 2016 et 2017, « Lomig » est désormais aux mains de Marie-Amélie !

François Jambou, 34 ans

Brestois d’origine, François a toujours navigué, glissé plutôt, sur tout ce qui flotte vite : fun, surf… parce que son truc à lui, même s’il a appris à lire dans Voiles & Voiliers, c’était le hockey sur glace ! Le sel a finalement fait fondre la glace et le brestois se tourne alors vers l’enseignement de la voile et des sports nautiques pour vivre son autre passion : le large.
Il a aujourd’hui 6 saisons en Mini et une Mini Transat (2015) à son actif ! Une Mini qui lui donne des ailes puisqu’en 2016, il crée sa propre structure de formation à la course au large : Offshore Sailing
2018, il dispose du plus rapide des prototypes Mini, le Maximum de David Raison, en vue de la Mini Transat 2019.

865

865 skippé par François Jambou
Prototype
Nom de baptême : Maximum
Plan : David Raison
Année de lancement : 2014
Pavillon : FRA

Evolution du « Magnum » tout premier des plans Raison, reconnaissables entre tous de par leur étrave ronde, le Maximum a notamment, absolument, tout gagné en 2016 et en 2017 aux mains de Ian Lipinski. Sans faute également en 2015, avec Davy Beaudart, à l’exception de la 2e étape de la Mini Transat. François commence à le prendre en main avec notamment une première victoire sur le Trophée MAP 2018.

Jean-Yves Ferrand, 58 ans

Chirurgien, passionné et passionnant, Jean-Yves a deux passions : la montagne et la mer. Des pôles aux plus hauts sommets du monde, cet ancien moniteur de ski a fait toutes les expéditions les plus extrêmes qu’il rêvait de vivre : « je suis allé au maximum », sourit-il.
L’aventure voile avait commencé dès l’âge de 8 ans, avec son père. 10 ans plus tard, Jean-Yves est professionnel en planche à voile tout en suivant ses études de médecine. Mais le large et en particulier la Mini Transat le fascinaient déjà… En 2017, il assiste au départ de « la Mini » et c’est le déclic définitif : il décide d’être au départ en 2019.

Julien Berthélémé, 42 ans

Enfant de la baie de Morlaix, il a fait ses armes avec Armel Le Cléach’, Jérémie Beyou… et régaté sur tous les supports de course, avant de s’orienter vers la formation : le choix de la raison. Il achète un Mumm30 et crée sa propre structure de formation. Année après année, il s’est forgé une expérience aussi éclectique que solide : skipper, régatier, moniteur, préparateur, technicien Julien est une personne-ressource technique clé.
Aujourd’hui, l’opportunité de revenir à la course au large, via le Team BFR – Marée Haute, s’offre à lui : ça ne se refuse pas !

742

742 skippé par Jean-Yves Ferrand & Julien Berthélémé
Bateau de série
Nom de baptême : Gameboy
Plan : Rolland D2
Année de lancement : 2008
Pavillon : FRA

Ce plan Rolland a été de toutes les saisons depuis sa première course en 2009, avec une Mini transat à la clé en 2017, il était alors skippé, et ce depuis 2014, par le cinéaste-skipper Stanislas Thuret.

Bruno Simonnet, 55 ans

Bruno navigue depuis toujours mais la mer n’est pas son métier. Aujourd’hui professionnel de la gestion de projet et manager d’entreprise il a aussi, notamment, travaillé plus de 15 ans comme Directeur Consulting chez le 3ème éditeur mondial de logiciels de gestion d’entreprise. Parallèlement à cette carrière, Bruno régate dès que l’occasion se présente en Yole, en Laser puis en IRC avant d’attraper le virus du Mini en 1988. Il régate sur ce circuit hors norme pendant 3 saisons, y revient en 2009. 10 ans plus tard, Bruno n’a pas résisté à l’appel de la Mini Transat !

757

757 skippé par Bruno Simonnet
Bateau de série
Nom de baptême : Bibounde
Plan : Rolland D2
Année de lancement : 2009
Pavillon : FRA

Après 2 saisons et une tentative de Mini transat en 2011 par son ancien propriétaire, ce plan Rolland est mené par Bruno depuis 2015, avec à son actif 2 Pornichet Select, 2 Lorient Bretagne Sud Mini (désormais Plastimo Lorient Mini 6,50), 2 Mini en Mai et 1 Transgascogne solo.

Fabio Muzzolini, 30 ans

Né en région parisienne, Fabio a grandi en Allemagne, mais ce terrien a choisi la mer, par amour pour « les bateaux au sens large ». Petit, ces 5 jours de stage de voile annuel au Cap Coz font naître en lui une véritable passion. Alors, pour vivre les pieds dans l’eau, ce photographe de formation a choisi de travailler comme commercial au sein du chantier Marée Haute depuis 3 ans. Et pour fêter ses 30 ans, il s’est lancé dans le magique défi de la Mini Transat. Sa toute première course en solitaire, la Mini en Mai 2018, qu’il boule en 5e position l’a largement conforté dans son défi !

716

716 skippé par Fabio Muzzolini
Prototype
Nom de baptême : Raoul Pastèque
Plan : Lombard
Année de lancement : 2008
Pavillon : FRA

Conçu par pour l’architecte naval Henri-Paul Schipman en vue de la Mini 2009 qu’il bouclera en 9e position. Ce proto est ensuite skippé par Sébastien Rogues (5 fois podiums en 2010, mais un abandon sur la Mini Transat 2011). Le bateau part ensuite en Méditerranée avant de revenir entre les mains expertes du trinitain Axel Tréhin (que des tops 5 dont une très belle 4e place sur la Mini Transat). Il termine 23e de la Mini 2017 avec Romain Bolzinger.