Une semaine après son arrivée victorieuse, à Horta, de la 1ère étape des Sables Les Açores Les Sables, à l’issue de 9 jours d’une course très complexe, le skipper du Team FR Marée Haute, reposé, s’est remis en « mode course » pour le coup d’envoi de l’étape retour demain, 8 août, à 19h. François, fort de ces 28h45min d’avance sur le second prototype, part avec un avantage certain, mais rien n’est gagné sur ces 1271 milles (2350 km) vers la Vendée qui pourraient également sacrer le champion de France 2018…

 

As-tu eu le temps de savourer ta victoire ?

François Jambou (Team BFR Marée Haute) : « Je suis hyper content. C’est une belle récompense de tout l’investissement humain et financier que j’ai mis dans ce projet. Ça représente beaucoup d’énergie et de concessions sur la vie professionnelle et personnelle. Cette victoire d’étape a donné du sens à ce que je fais. »

 

Il faut cependant réussir à rester concentré…

François : « J’ai reconditionné le bateau, réparé ce qui avait cassé, changé mon antenne VHF (François n’avait reçu aucune information météo ni aucun classement lors de la 1ère étape, comme une grande partie des coureurs d’ailleurs, ndlr.) J’ai aussi pris le temps de m’aérer un peu la tête, en dehors de la marina. Mais, depuis hier, j’ai commencé à regarder la météo de l’étape retour, je me remets en « mode course ».

 

Quel est le schéma météo pour cette 2e étape ?

François : « Ca devrait être plutôt rapide, les routages tablent sur 6 jours. Ca devrait se jouer au portant dans une brise médium, pas plus de 20 nœuds. A part quelques fronts orageux, il ne devrait pas y avoir de situation à risque ni de grosse surprise météo, sauf sur l’arrivée où une dorsale (zone de transition météo, sans vent, ndlr) pourrait créer des écarts. Pour moi, le scénario d’une étape rapide est idéal, car ce serait synonyme d’une flotte compacte

 

Vas-tu contrôler tes adversaires ?

François : « Je vais bien sûr être attentif à ce qu’Erwan (Erwan Le Mené, 2e au classement provisoire) fera, mais je vais faire ma course. Nos bateaux sont différents (le bateau de François est doté d’une étrave très volumineuse, celui d’Erwan Le Mené a une carène plus classique, ndlr), leurs potentiels respectifs ne seront optimisés que sur des trajectoires différentes. »

 

François va donc jouer cette étape retour comme une épreuve à part entière, en oubliant son avance actuelle au classement provisoire, car s’il l’emporte aux Sables d’Olonne il pourrait aussi être sacré champion de France…